Crème Yseult aux blanches mains

 

La belle Yseult aux blanches mains n'est pas celle qui pour avoir bu le filtre d'amour se trouva irrémédiablement éperdue d'amour pour le chevalier Tristan. En fait, Yseult aux blanches mains était l'épouse légitime du chevalier Tristan et donc, la rivale d'Yseult la Blonde. Elle ne tient donc pas vraiment le beau rôle dans la légende en étant surtout une femme trompée dont la mesquine jalousie causera la mort du héros Tristan.

En fait, ce qui m'intéresse ici, c'est davantage le surnom que le personnage. Yseult est dite "aux blanches mains" car elle est fille de roi et très noble dame. Or, le fait d'avoir les mains blanches était jusqu'au milieu du XXème siècle signe d'appartenance aux classes sociales les plus élevées, celles qui n'étaient pas obligées de travailler ni d'exécuter les corvées ménagères. L'attribut "blanches mains" était pour les femmes de la noblesse et de la bourgeoisie un moyen de se démarquer des paysannes dont les mains, exposées au soleil lors des travaux dans les champs étaient brunes et halées.

De nos jours, les échelles de valeur ont quelque peu évolué mais pour nous pauvres femmes toujours obligées de travailler et astreinte à moults corvées ménagères, sans parler des téméraires savonnières qui affrontent la soude sans mettre de gants, prendre soin de nos mains est au moins autant une affaire de bien-être que de chic. Avec cette crème, j'ai cherché à résoudre les problèmes de ma soeur (que je partage largement) de mains sèches et crevassées.

Je suis vraiment très satisfaite du résultat. La crème est très agréable à l'application et surtout très efficace. On sent nettement la différence après l'application. Pour composer ma recette, j'ai bien sûr été particulièrement attentive dans le choix de ma phase grasse qui dans ce type de soin. J'ai opté pour le beurre de phulwara dont j'avais déjà pu apprécier les effets sur les mains sèches (voir ICI), un macérat de calendula sur huile d'amandes douces, idéal pour soulager les irritations, du beurre de karité non raffiné et de l'huile de germes de blé, très réparateurs et de l'huile de coton pour la douceur qu'elle donne à la peau.

Pour ma phase aqueuse, j'ai opté pour les effets calmants de la verveine, l'effet "silicone" du mucilage de lin et les propriétés cicatrisantes de l'extrait de tepezcohuite.

Enfin, j'ai ajouté en troisième phase de l'aloe vera, hydratant, du substitut naturel de silicone, protecteur et adoucissant, de l'extrait CO2 de chia contre les irritations et enfin, du miel et du retinyl palmitate pour leurs effets cicatrisants.

 

 

Ingrédients

15 g Beurre de karité non-raffiné

15 g macérat de calendula sur amande douce

15 g HV coton

9 g beurre de phulwara

5 g HV germes de blé

1 g cire d’olive

15 g cire émulsifiante Olive douceur

0,8 g alcool cetearylique

 

20 g eau de source

10 g Hydrolat de verveine

15 g mucilage de lin

14,5 g extrait hydroglycériné de tepezcohuite

 

Ajouts

5 g aloe vera concentré *10

3 g substitut naturel de silicone

1,5 g miel liquide

1,5 g extrait CO2 de chia

1,5 g rétinyl palmitate

1 g poudre d’arrow-root

1,2 g geogard 221